C’est le grand jour ! Le RGPD entre officiellement en vigueur.

Nous savons que beaucoup d’entre vous se posent encore beaucoup de questions et cela est normal au vu du flou régnant autour du nouveau règlement général sur la protection des données.

Mais pas de panique, le RGPD n’affecte pas les règles applicables aux mails de prospection, que ces derniers soient en B2B ou en B2C.

Dans ce billet, nous allons nous préoccuper du marché B2C. Qui est plus sensible au RGPD.

Voici ce que dit la loi :

La publicité par courrier électronique est possible à condition que les personnes aient explicitement donné leur accord pour être démarchées, au moment de la collecte de leur adresse électronique.

Et là vous vous dites que c’est une catastrophe. Que vous avez besoin de demander le double consentement de vos clients pour les prospecter désormais ! Et vu que seulement 2000 personnes sur votre base de 100 000 contacts ont donné leur double consentement, c’est un grand manque à gagner !

Eh bien non, car voici également ce que dit la loi :

Deux exceptions à ce principe :
– si la personne prospectée est déjà cliente de l’entreprise et si la prospection concerne des produits ou services analogues à ceux déjà fournis par l’entreprise.
– si la prospection n’est pas de nature commerciale (caritative par exemple)

La première exception veut dire que vous pouvez prospecter vos clients même s’ils ne sont pas opt-in ou double opt-in, à condition de les prospecter au nom de l’entreprise pour laquelle les données ont été collectées.

Pour ce qui est des prospects (ceux n’ayant jamais passé commande) ou des leads collectés via des supports de collecte, vous avez besoin de leur double consentement pour leur relayer des messages à caractère commercial.

Cela veut dire que je ne peux pas envoyer de mail anniversaire ou de relance de panier abandonné à des prospects si ces derniers n’ont pas donné leur double consentement ?

Si, vous pouvez les contacter ! Mais vous ne devez pas inciter à l’achat dans ces messages.

À savoir, vous devez tourner votre message différemment. Pas de code promo et de suggestion de produits par exemple (hormis le rappel des produits du panier). Et vous devez adapter votre discours afin que votre mail ne soit pas considéré comme une incitation à l’achat.

Beaucoup voient le RGPD d’un mauvais œil. Il s’agit en réalité d’une belle opportunité d’assainir votre base de données, de soigner votre image auprès de votre clientèle et ainsi partir sur des bases saines.

Alors aujourd’hui, l’équipe de ShopiMind vous dit unanimement :

ilovergpd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *